« Nous avons donc pu changer de perspective et apprendre les uns des autres. »

Originaire de Fulda, Julian Schwab travaille depuis plusieurs années en tant que pompier volontaire et relate dans une interview les changements de perspective et l'hospitalité rencontrée lors de son intervention avec Team works! en qualité de jeune expert au Kenya.

Julian Schwab

Max Orthey, né en 1999 à Cologne, Allemagne. Est laborantin en chimie en troisième année d'apprentissage et terminera sa formation à Hürth à l'été 2021.

Interview

Dans quelle entreprise as-tu effectué ton stage d'observation ? Quelles ont été tes principales activités ?

Julian : J'ai été auprès des pompiers du comté de Kilify au Kenya en novembre 2021 et j'ai aidé à former les pompiers au port d'appareils respiratoires. J'ai notamment pu proposer une formation sur l'utilisation des pompes portables à mes collègues kényans. Pendant les cours de formation et les exercices, nous avons pu travailler ensemble, aborder les problèmes des Kényans et développer des solutions dans des domaines qui semblaient ne pas poser de problèmes au premier abord. Nous avons donc pu changer de perspective et apprendre les uns des autres.

Qu'as-tu appris pendant ton intervention, que ce soit de tes collègues, de tes supérieurs hiérarchiques, mais au indépendamment d'eux ?

Julian : Cette intervention au Kenya a été une expérience très intéressante qui m'a permis de progresser considérablement dans mon développement personnel. Mais aussi sur le plan professionnel, d'une part dans l'échange avec mon binôme ainsi qu'avec les autres équipes d'intervention, et d'autre part avec les équipes d'intervention sur place, ce qui a été enrichissant à bien des égards. Sur le plan technique, j'ai pu découvrir d'autres appareils que ceux que nous utilisons habituellement sur le terrain. J'ai également pu observer d'autres tactiques que j'aimerais bien essayer chez nous. Je suis également impressionné par l'ingéniosité et le sens de l'improvisation de l'ensemble de la population locale.

Tant sur le plan privé que professionnel, je retiens que l'on peut appréhender la vie de manière beaucoup plus détendue que le stress que nous nous infligeons en permanence.

Qu'attendais-tu de l'intervention avec Team works! ?

Julian : Je pouvais me représenter assez précisément la situation sur place, car j'avais en tête une certaine idée des gens, des habitudes et du paysage grâce à mes expériences précédentes. J'ai tout de même été effrayé par le nombre élevé de huttes en terre et par la pauvreté parfois très grande, notamment en raison de l'absence de tourisme pendant la pandémie de coronavirus. Je dois néanmoins mentionner que, comme toujours, j'ai été impressionné par l'hospitalité africaine. En travaillant avec la population locale, on apprend à se connaître comme jamais un touriste, et même un routard, ne pourra le faire.

Que retiens-tu de ton intervention ?

Julian : Tant sur le plan privé que professionnel, je retiens que l'on peut appréhender la vie de manière beaucoup plus détendue que le stress que nous nous infligeons en permanence. Mon horizon s'est également élargi à la diversité des rôles des hommes et des femmes ainsi qu'aux effets de la pauvreté et de la richesse et au privilège de grandir dans un pays riche. Nos excursions chez des connaissances et les invitations de la population locale ont été particulièrement impressionnantes. Nous avons pu assister à une messe, voir des quartiers qu'aucun Européen n'avait probablement visités depuis longtemps et cuisiner avec la population locale et manger à table avec leurs familles.